L’enseignement axé sur les compétences opérationnelles

L'enseignement axé sur les compétences opérationnelles : une méthode d'apprentissage pratique pour un succès durable

Dans le système éducatif moderne, l’enseignement axé sur les compétences opérationnelles prend de plus en plus d’importance. Cette méthode d’enseignement va au-delà de l’apprentissage traditionnel, axé sur la théorie, et vise à transmettre aux apprenants des compétences globales par le biais de tâches pratiques et de scénarios proches de la réalité. L’accent n’est pas seulement mis sur la simple transmission de connaissances, mais aussi sur la capacité à appliquer les connaissances acquises, à résoudre des problèmes et à évoluer avec assurance dans des contextes professionnels.

Dans tous les lieux de formation, les nouvelles professions sont construites sur la base de situations d’action. Le Learning Management System permet ici une mise en œuvre variée et individuelle.

Projet phare

Grâce à des projets orientés vers l’action, comme ceux réalisés par exemple au centre de formation industriel et artisanal de Zoug (GIBZ), les apprentis ont la possibilité de mettre directement en pratique leurs connaissances théoriques. De tels formats d’enseignement favorisent non seulement la compréhension et la motivation des apprentis, mais les préparent également de manière optimale aux exigences du marché du travail. Des enseignants d’écoles professionnelles comme Christoph Wildhaber, qui organise avec des sponsors des cours pratiques de préparation de la viande pour les futurs cuisiniers, montrent à quel point cette méthode peut être efficace et enrichissante.

« Je veux que les futurs cuisiniers entrent sans problème dans le secteur de la restauration et que la pratique ne soit jamais négligée dans leur formation ».
Christoph Wildhaber
Enseignant en école professionnelle GIBZ

La formation a commencé le matin par des cours théoriques, organisés sous la forme d’un parcours varié de postes, au cours duquel les apprentis ont appris des compétences importantes telles que le marinage et les différents types de découpe de la viande. Après la pause de midi, les cinq groupes ont travaillé à la préparation d’un plat de viande qui devait être prêt pour 17 heures et présenté de manière convaincante sur des affiches. Christoph Wildhaber a souligné que le métier ne consiste pas seulement à préparer des plats, mais aussi à les expliquer et à les vendre.

La veille, les apprentis avaient déjà parcouru, sur le thème du poisson, l’ensemble du processus, du poisson vivant au filet prêt à être vendu. Wildhaber voit un grand potentiel dans cette méthode d’apprentissage par la pratique et prévoit de poursuivre ces journées de formation une fois par semestre. L’enseignement, qui offre une forte valeur ajoutée, nécessite toutefois des ressources considérables et entraîne un surcroît de travail. Des sponsors, des enseignants d’autres cantons, 50 formateurs/trices et la Société suisse des cuisiniers ont été invités à l’événement actuel.

Une fois les plats terminés, les apprentis ont présenté leur travail aux invités, suivi d’une kitchen party au cours de laquelle les visiteurs ont eu l’occasion d’échanger avec les apprentis et de déguster les amuse-gueules préparés. Les apprentis étaient également responsables du service afin d’acquérir davantage d’expérience pratique.

Impressions